Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2009 → Ressources en eau souterraine du centre urbain de Ouagadougou au Burkina Faso, qualité et vulnérabilité

Université Michel de Montaigne-Bordeaux III (2009)

Ressources en eau souterraine du centre urbain de Ouagadougou au Burkina Faso, qualité et vulnérabilité

Ouandaogo-Yameogo, Suzanne

Titre : Ressources en eau souterraine du centre urbain de Ouagadougou au Burkina Faso, qualité et vulnérabilité

Man and water in Nakambe valley in Ganzourgou (Burkina Faso)

Auteur : Ouandaogo-Yameogo, Suzanne

Université de soutenance : Université Michel de Montaigne-Bordeaux III.

Grade : Doctorat Géographie tropicale : Bordeaux 3 : 2009

Résumé
La croissance démographique de Ouagadougou la capitale du Furkina Faso entraîne une pénurie d’eau dans les zones périphériques de la ville qui sont confrontées aux problèmes d’alimentation en eau, en quantité et surtout en qualité. Cette étude a pour but de faire un état de la ressource en eau souterraine et de sa vulnérabilité. Ouagadougou est bâtie au centre du Pays, entre 280 m et 300 m d’altitude sur des formations de socle cristallin et cristallophyllien du paléo protérozoïque. Ces formations sont recoupées par des intrusions et de grandes fractures orientées Nord-Sud et Est-Ouest. Le tout est recouvert par une épaisse couverture d’altérites. On y distingue trois niveaux plus ou moins aquifères mais généralement deux nappes : celle supérieure avec la cuirasse quand elle est noyée, captée par des puits et l’autre inférieure regroupant les arènes et la roche fissurée-fracturée, captée par les forages. Les paramètres hydrodynamiques des aquifères inférieurs de fissures sont très intéressants grâce aux fractures qui constituent dans cet environnement de socle les voies privilégiées d’accès aux ressources en eau mais aussi et d’arrivée de polluants. Les outils hydrogéochimiques permettent de comprendre la complexité des aquifères de socle de Ouagadougou, leur fonctionnement et d’identifier la pollution au niveau des eaux des puits qui voient leur conductivité augmenter avec l’alcalinité (bicarbonates) par suite de minéralisation de la matière organique des charges anthropiques. Une cartographie des nitrates sur 1800 puits répertoriés à Ouagadougou basée sur une approche géostatistique par analyse variographique met en évidence trois grandes zones avec des concentrations excessives des nitrates allant parfois jusqu’à 150 mg/l. La dégradation de la qualité des eaux qui s’accompagne de la présence de coliformes et streptocoques fécaux est due à l’environnement immédiat de ces ouvrages côtoyant couramment latrines et eaux usées. L’essai de cartographie de la vulnérabilité de la nappe inférieure a été effectué à partir de deux paramètres : la densité de fracturation et l’épaisseur des altérites. Cette première ébauche indique deux zones très vulnérables sur lesquelles une grande attention doit être portée à l’occupation des sols et l’assainissement

Mots clés : Gestion des ressources en eau — Burkina Faso — Migration intérieure — Propriété foncière — Conditions rurales

Présentation (SUDOC-ABES)

Version intégrale

Page publiée le 15 septembre 2009, mise à jour le 24 janvier 2018