Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2018 → Etude technico-économique de l’installation d’une unité de traitement des eaux usées de la Brakina par couplage bioréacteur a membrane/nanofiltration

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2018

Etude technico-économique de l’installation d’une unité de traitement des eaux usées de la Brakina par couplage bioréacteur a membrane/nanofiltration

ISSA BOUKARY Maman Nasser

Titre : Etude technico-économique de l’installation d’une unité de traitement des eaux usées de la Brakina par couplage bioréacteur a membrane/nanofiltration

Auteur : ISSA BOUKARY Maman Nasser

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Ingénierie Eau et Assainissement 2018

Résumé
Les brasseries rejettent d’énormes quantités d’eaux usées contenant une variété de polluants organiques et minérales. Les études antérieures sur le traitement des eaux usées par les bioréacteurs à membranes (BàM) ont mis en évidence la possibilité d’utiliser les technologies membranaires dans contexte climatique sahélien. Le présent travail évalue donc les faisabilités technique, économique, environnementale et sociale de l’implantation d’une unité de traitement des eaux usées l’usine de fabrication de boissons gazeuses et de bières à Ouagadougou au Burkina Faso, la BRAKINA. Elle a été menée sur le site de l’usine et a consisté d’une part à l’évaluation les performances de la station de traitement des eaux usées et à analyser les avantages et les contraintes de l’installation du nouveau système. Les charges à l’entrée de la station de traitement d’eaux usées varient de 744 mg DCO/L à 10610 mg DCO/L. Tenant compte des différentes activités, le cout d’exploitation de la station de prétraitement actuelle de la Brakina est évalué à 140 FCFA/m3 d’eau traitée (0,213 euro) dont environ 70% consacré à la neutralisation des eaux usées par l’addition d’acide concentré. L’amélioration du traitement avec un couplage BàM-NF fait ressortir un investissement estimé à 3,8 milliards de FCFA (5,7 millions d’euros). Les charges d’exploitation sont pour leur part évaluées à 322 FCFA/m3 d’eau traitée (0,49 euros/m3 d’eau traitée) pour un BàM aéré contre 227 FCFA/m3 d’eau traitée (0,34 euro/m3 d’eau traitée) pour un BàM anaérobie soit une baisse de 30%. La construction d’un tel système pourrait occasionner la pérennisation de la maraîcheculture en aval de la station de traitement de Kossodo et générer des centaines d’emplois permanents avec des revenus nets supérieurs à 12 millions FCFA/mois (18 675 euros). Aussi, cela pourrait constituer une vitrine pour la politique sociale et environnementale de la Brakina. Toutefois, les investissements importants, la disponibilité spatiale et l’absence de compétence technique pour la maintenance curative du système pourraient être les principales contraintes à la mise en œuvre de ce projet.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 1er avril 2020