Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2018 → Etude d’Avant-Projet Détaillé de réalisation d’un périmètre irrigué de 11,25 ha de type semi-californien dans le village de Doudou (Région du Centre-Ouest, Burkina Faso)

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2018

Etude d’Avant-Projet Détaillé de réalisation d’un périmètre irrigué de 11,25 ha de type semi-californien dans le village de Doudou (Région du Centre-Ouest, Burkina Faso)

BASSIE Yakine Bernard

Titre : Etude d’Avant-Projet Détaillé de réalisation d’un périmètre irrigué de 11,25 ha de type semi-californien dans le village de Doudou (Région du Centre-Ouest, Burkina Faso)

Auteur : BASSIE Yakine Bernard

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Infrastructures et Réseaux Hydrauliques 2018

Résumé
Le Programme de développement de la Petite Irrigation Villageoise (PPIV) en partenariat avec la Société Nationale de l’Aménagement des Terres et de l’Equipement Rural (SONATER), est un programme structurel qui intervient dans la promotion et dans l’appui de la petite irrigation. Il vise à traduire les objectifs du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) et la Stratégie de Développement Rural (SDR) en matière de croissance du secteur agricole et de réduction de la pauvreté. C’est dans le cadre de ses activités que ce programme a décidé d’une étude d’aménagement d’un site de 11,25 ha à Doudou, village de Ténado. L’objectif global de cette étude est de proposer un Avant-Projet Détaillé (APD) du périmètre irrigué de type semi-californien dans un souci de parvenir à l’augmentation des revenus annuels des producteurs tout en réduisant la consommation en eau. En plus des études de base, nous avons proposé un dimensionnement du système, et pour finir faire une évaluation environnementale. Le réseau est de type semi-californien efficient économiquement et financièrement. Les spéculations envisagées sont l’oignon, la tomate, le chou, le haricot vert, la pomme de terre et le maïs du faite de leurs avantages sociaux-économies remarquables. La conduite d’aspiration plongée directement dans le bac aval de l’ouvrage de prise approvisionne la station de pompage équipée de deux motopompes alimentées par un groupe électrogène de puissance apparente 12 kw. De là, l’eau est refoulée dans des bassins partiteurs au nombre de trois qui alimentent de façon gravitaire à travers les conduites, les prises parcellaires. Les besoins bruts en eau des cultures est de 260 mm/mois avec un débit maximal de pointe de 3,06 l/s/ha. Le tour d’eau est de 3 jours et la dose réelle d’irrigation 29 mm. Les conduites sont en PVC PN 6 ayant respectivement des diamètres de 125 à 200 mm pour la distribution, et 250 mm pour le refoulement. Le coût du projet est estimé à environ quatre millions huit cent cinquante-deux mille cinq cent trente-trois (4 852 533) FCFA à l’hectare.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 6 mars 2020