Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2019 → Etude de faisabilité de béton de géopolymères a base des matériaux locaux du Burkina Faso sous cure thermique

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2019

Etude de faisabilité de béton de géopolymères a base des matériaux locaux du Burkina Faso sous cure thermique

ASSONGOUG Romaric Protais

Titre : Etude de faisabilité de béton de géopolymères a base des matériaux locaux du Burkina Faso sous cure thermique

Auteur : ASSONGOUG Romaric Protais

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Génie Civil 2019

Résumé
Dans le souci de résoudre les problèmes de pollution environnementale due au dioxyde de carbone produit en quantité énorme par les ciments portland, quelques solutions ont été apportés par les chercheurs pour y remédier. Notamment la fabrication d’un liant nommé liant géopolymère, dont les matières premières pour sa synthèse sont disponibles en quantité énorme au Burkina Faso. Et aussi, ce liant est plus respectueux de l’environnement que le ciment et réagit plus vite que certains liants comme la chaux. Le principal objectif de notre étude, est d’évaluer la faisabilité des bétons de géopolymère à base de matériaux (kaolin) disponibles localement au Burkina Faso. A cet effet, l’argile de Saaba a été identifiée comme source aluminosilicate pour la synthèse de ces bétons géopolymère. Cette source aluminosilicate qui n’est rien d’autre ici que du métakaolin (MK), obtenu par calcination du kaolin, a été activée par une solution d’hydroxyde de sodium NaOH à différentes concentrations d’un pas de 2 mol notamment 8, 10 et 12 mol/l avec des différents rapport molaires eau/liant. Notre étude nous a permis de dire que le béton géopolymère ayant de bonnes performances est celui élaboré avec une solution de 12 mol/l avec un rapport E/L = 0,48 qui nous a donné une résistance en compression d’au moins 21 MPa. Alors que d’autres bétons géopolymères élaborés avec des concentrations de 10 et 8 mol/l avec ce même rapport de 0,48 ont donné des résultats de compression et traction plus faibles. Il ressort donc que nos bétons géopolymères sont plus favorables s’ils sont formulés à des concentrations de 12mol/l pour des rapports E/L = 0.48. Ce résultat nous montre aussi que les propriétés physiques ainsi que la résistance mécanique des bétons géopolymères sont sensiblement égales à celles du ciment ordinaire.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 10 mars 2020