Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → Étude des performances hydrologiques des techniques culturales dans un contexte de changement climatique en zone sahélienne du Burkina

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2019

Étude des performances hydrologiques des techniques culturales dans un contexte de changement climatique en zone sahélienne du Burkina

Zouré Cheick Oumar

Titre :  : Étude des performances hydrologiques des techniques culturales dans un contexte de changement climatique en zone sahélienne du Burkina

Auteur : Zouré Cheick Oumar

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Doctorat en Sciences et Technologies de l’Eau, de l’Energie et de l’Environnement 2019

Résumé
Le Sahel est l’une des régions du monde les plus vulnérables à cause des perturbations climatiques et de la pression anthropique. Cela entraîne la dégradation des terres et affecte négativement les activités de production agricole de type pluviale, principale source de subsistance et d’économie des populations du Sahel. Depuis les années 1980, les paysans ont adopté des pratiques innovantes afin de faire face à ces défis majeurs et ainsi améliorer la production agricole. Si à ce jour, les avantages en termes de rendement agricole et de réhabilitation de terres dégradées ont pu être mis en évidence, l’impact de ces techniques sur les processus hydrologiques reste peu maitrisé et non quantifié. Cette étude menée au Sahel Burkinabè a pour objectif d’évaluer les performances hydrologiques des techniques de conservation des eaux et des sols (CES) installées sur un sol dégradé afin d’identifier des technologies plus résilientes face à la précarité climatique. L’approche méthodologique est détaillée en 3 parties. En premier lieu, il s’agit de déterminer les propriétés hydrodynamiques et l’aptitude au ruissellement d’un sol dégradé aménagé avec les techniques CES. Ainsi, il a été conçu un dispositif expérimental de type bloc de Fisher avec 4 traitements et 2 répétitions mise en place sur des parcelles de 200m². Les traitements étaient composés de zaï, de demi-lune, de cordon pierreux et de semis direct servant de témoin. Le dispositif a permis le suivi hydrométéorologique durant 3 années consécutives (2015, 2016 et 2017). En second lieu un modèle conceptuel basé sur la méthode SCS-CN (Soil Conservation Service Curve Number) permettant de prendre en compte l’effet de stockage superficiel induit par les différentes techniques a été développé pour étudier les effets des techniques sur le stockage en eau du sol sous différents régimes climatiques. Enfin les données climatiques historiques (1961-2005) et projetées (2006-2099) issues de 25 modèles climatiques corrigées dans le cadre du projet AMMA-2050 ont été comparées avec les observations pour le choix des modèles qui simulent au mieux le climat. Les données de 3 modèles climatiques ont été ainsi utilisées pour étudier la performance hydrologique des techniques CES et proposer des technologies plus résilientes face au climat actuel et futur.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 28 février 2020