Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Cameroun → Étude des relations entre les principales espèces de méloidogyne goeldi du Sénégal et trois espèces d’acacia Miller (deux africaines et une australienne)

Université de Dschang (1995)

Étude des relations entre les principales espèces de méloidogyne goeldi du Sénégal et trois espèces d’acacia Miller (deux africaines et une australienne)

Tabiua, Teyi - Kalula

Titre : Étude des relations entre les principales espèces de méloidogyne goeldi du Sénégal et trois espèces d’acacia Miller (deux africaines et une australienne)

Auteur : Tabiua, Teyi - Kalula

Université de soutenance : Université de Dschang

Grade : Docteur 3 ième cycle Protection des Végétaux 1995

Résumé
Le genre Acacia MILLER appartient à la famille des leguminosae WSS. Il regroupe des espèces arborescentes, arbustives ou suffrutescentes pantropicales. Celles adaptées à la zone sahélienne africaine comme A. seyal et A. albida ont les principales qualités suivantes : - une grande adaptation aux conditions climatiques arides et une croissance assez rapide ; - une bonne aptitude à la symbiose avec des microorganismes fixateurs de l’azote atmosphérique (Rhizobium sp.) Quant à A. holosericea, c’est une espèce des zones humides, subhumides et sèches du nord de l’Australie dont la principale qualité est sa large euryécie climatique et pédo-climatique. Dans l’optique de la promotion du reboisement des zones dégradées en vue de la restauration de la fertilité du sol pour un retour à l’agriculture, la relation Meloidogyne - Acacia était étudiée. Lorsque les trois espèces d’Acacia : A. albida, A. seyal et A. holosericea étaient inoculés avec Meloidogyne (M. arenaria, M javanica, M incognita, M mayaguensis) à des stades phénologiques différents : semis, cotylédons, jeunes feuilles et au stade phyllades pour A. holosericea uniquement, leur croissance était plus ou moins perturbée : - pour A. albida, la pénétration était très faible voire nulle. Le plant se développe et nodule bien malgré la présence des nématodes. Cette espèce peut être considérée comme résistante. - pour A. seyal et A. holosericea, la pénétration des nématodes était très forte ; ces espèces sont sensibles aux Meloidogyne. Cependant, un autre gradient de sensibilité apparaît, qui est fonction de l’âge de la plante au moment de l’inoculation des nématodes : plus la plante est âgée, moins elle souffre de la présence des nématodes. Du point de vue nématologique, A. albida est mieux indiqué pour le reboisement en zones arides, semi-arides et sèches, comme le Sénégal. Dans le cas d’A. seyal et A. holosericea, il est préférable de les inoculer avec un champignon endomycorhizien (Glomus fasciculatus), en pépinière, pour augmenter leur capacité à résister aux attaques des nématodes.

Mots clés : Acacia albida Meloidogyne arenaria Glomus fasciculatus Rhizobium sp.

Présentation (DICAMES)

Version intégrale (4,16 Mb)

Page publiée le 18 avril 2020