Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Suisse → Les transformations de la maison des Bédouins du Néguev : le cas de Tel Shéva 1968-2002

Ecole polytechnique fédérale de Lausanne EPFL (2003)

Les transformations de la maison des Bédouins du Néguev : le cas de Tel Shéva 1968-2002

Dezuari, Edgard

Titre : Les transformations de la maison des Bédouins du Néguev : le cas de Tel Shéva 1968-2002

Auteur : Dezuari, Edgard

Université de soutenance : Ecole polytechnique fédérale de Lausanne EPFL

Grade : Doctorat sciences : 2003

Résumé
Cette thèse aborde les transformations de la culture de la maison (formes, pratiques d’habiter, représentations de la maison et participation des habitants à sa conception). Elle traite des maisons bâties entre 1972 et 2003 à Tel Shéva, la première d’une série de sept villes de relogement construites pour les Bédouins du Néguev (Israël). Les Bédouins du Néguev (130’000 habitants en 2003) se sont sédentarisés dans la première moitié du 20ème siècle. Ils ont subi au long de sa deuxième moitié des mutations culturelles profondes, dont le passage à l’urbain. Dans les années 1960, l’État d’Israël a initié une politique de villes nouvelles bédouines pour enrayer la croissance des villages-bidonvilles qui se développaient en périphérie de Beer Shéva, la capitale du Néguev israélien. Aujourd’hui, la moitié des Bédouins vit dans les villes planifiées alors que l’autre demeure sur les sites tribaux, dans les villages-bidonvilles non reconnus par l’État. Dans les nouvelles villes, les habitants sont libres de construire, selon le règlement de quartier, une maison familiale sur un terrain de mille mètres carrés. Ce dernier leur est remis en pleine propriété et la mise en place des infrastructures est subventionnée par l’État. L’autonomie architecturale laissée à l’habitant est censée lui permettre de construire selon ses besoins particuliers Les aspects sociaux du relogement des Bédouins dans les villes planifiées ont été extensivement étudiés, mais on n‘a pas, à notre connaissance, étudié les changements de la culture de la maison. Nous proposons une typologie de maisons, représentative de l’évolution sociale, qui s’appuie sur la théorie de l’adaptation au relogement involontaire (réfugiés, etc) de Scudder et Colson [1982]. Ces derniers divisent le processus de relogement en quatre étapes : celle du recrutement, celle de la transition, celle du développement et celle de l’incorporation. Pour chaque étape, nous avons identifié un type d’habitation. Dans la première, l’habitation est informelle ; dans la deuxième, elle tend à reproduire le cadre quitté (les tentes) ; dans la troisième, il s’agit d’un modèle hybride d’habitations modernes où se maintiennent quelques coutumes traditionnelles (comme l’absence de meubles), et dans la quatrième, l’architecture, désormais originale, correspond à des valeurs nouvelles, développées dans le nouvel environnement. Cette typologie est examinée du point de vue de la morphologie, des pratiques d’habiter, des représentations et de la participation des habitants à la conception. Notre hypothèse implique quatre stades d’évolution : la « tente », la « maison standard », la « maison des catalogue » et enfin la « maison individualisée ». La tente et les abris qui lui ont succédé ne faisaient pas l’objet de plans. Les comportements et les représentations relatifs à l’habitation correspondaient à la logique traditionnelle. Au stade de la « maison standard », les premiers habitants acceptaient tout, pourvu qu’elle soit simple et bon marché ; ils appliquaient un modèle sans le remettre en question. Au stade de la « maison des catalogue », les concepteurs, attirés par le marché de la maison individuelle des villes bédouines, ont introduit la variété architecturale pour exprimer une différenciation sociale croissante. Au stade de la « maison individualisée », au début des années 1990, la participation à la conception de la maison, initiée par certains concepteurs pour leurs familles et leurs amis, a fini par être recherchée par le client. La maison individuelle reflète alors l’émergence d’une identité individualisée, révélatrice d’un changement culturel et social.

Présentation (RERO DOC)

Version intégrale

Page publiée le 25 octobre 2009, mise à jour le 3 novembre 2018