Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2017 → Effets de litières de volailles et de résidus de production d’asticots sur la fertilité du sol et la production du maïs (Zea mays L.) dans l’Ouest du Burkina Faso

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (2017)

Effets de litières de volailles et de résidus de production d’asticots sur la fertilité du sol et la production du maïs (Zea mays L.) dans l’Ouest du Burkina Faso

Some, Bapene Marc

Titre : Effets de litières de volailles et de résidus de production d’asticots sur la fertilité du sol et la production du maïs (Zea mays L.) dans l’Ouest du Burkina Faso

Auteur : Some, Bapene Marc

Etablissement de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso

Grade : Ingénieur du Développement Rural - Option : Agronomie 2017

Résumé
La baisse de la fertilité des sols au Burkina Faso constitue une menace à la production agricole et à la viabilité des systèmes de production. Dans une perspective d’actions visant à améliorer les performances des systèmes de production et assurer leur durabilité, la production des asticots pour la nutrition de volaille et l’utilisation des résidus générés pour l’agriculture demeurent importantes. C’est dans cette optique que notre étude a été initiée avec pour objectifs, de déterminer l’effet des résidus de production d’asticots et des litières de volaille sur la fertilité chimique, l’activité respiratoire du sol et la production du maïs. L’étude s’est déroulée dans le village de Nasso, situé dans la région des Hauts-Bassins (Burkina Faso). Le dispositif expérimental utilisé a été en blocs de Ficher complètement randomisé avec neuf traitements en trois répétitions. Les traitements qui ont été testés sont : T0 = témoin absolu ; T1 = 150 kg.ha-1 de NPK + 50 kg.ha-1 d’urée ; T2 = litières de volailles (2 t.ha-1) ; T3 = résidus de production d’asticots (2 t.ha-1) ; T4 = litières de volailles (1 t.ha-1) + résidus de production d’asticots (1 t.ha-1) ; T5 = litières de volailles (2 t.ha-1) + 75 kg.ha-1 de NPK + 25 kg.ha-1 d’urée ; T6 = résidus de production d’asticot à la dose (2 t.ha-1) + 75 kg.ha-1 de NPK + 25 kg.ha-1 d’urée ; T7= litières de volailles (1 t.ha-1) + résidus de production d’asticots (1 t.h-1) + 75 kg.ha-1 de NPK + 25 kg.ha-1 d’urée ; T8 = litières de volailles (1 t.ha-1) + résidus de production d’asticots (1 t.ha-1) + 150 kg.ha-1 de NPK + 50 kg.ha-1 d’urée. Il ressort des résultats obtenus, que le traitement T6 a amélioré de façon significative le pHeau (6,09) et le potassium disponible (46,63 mg/kg de sol) comparativement au témoin. De façon générale, la différence obtenue entre les traitements pour le pHKCl, la teneur en carbone, en azote, en phosphore total, en phosphore assimilable et en potassium total n’a pas été significative. L’activité respiratoire du sol a été meilleure avec les résidus de production d’asticots purs ou en association avec la fumure minérale et/ou les litières de volailles. La croissance des cultures de maïs a été en général meilleure avec les formulations organo-minérales (T5, T6, T7 et T8). Les résultats ont montré également une amélioration significative des rendements de maïs avec les traitements T6 (88,65 % et 73,45 % respectivement en grains et pailles) et T8 (89,94 % et 68,67 % respectivement en grains et pailles) par rapport au témoin. Les résidus de production d’asticots peuvent permettre de gérer de façon économique et écologique la fertilité des sols tropicaux et améliorer les rendements des cultures.

Mots clés : résidus de production d’asticots, fertilité des sols, litières de volailles, rendement de maïs, Burkina Faso.

Version intégrale

Page publiée le 15 mars 2020