Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2017 → Evaluation du potentiel fruitier de la forêt classée de Dindéresso : cas de Maranthes polyandra (Benth.) Prance et Parinari curaratellifolia Planch. ex Benth. (Chrysobalanaceae).

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (2017)

Evaluation du potentiel fruitier de la forêt classée de Dindéresso : cas de Maranthes polyandra (Benth.) Prance et Parinari curaratellifolia Planch. ex Benth. (Chrysobalanaceae).

Bazongo, Bessibie

Titre : Evaluation du potentiel fruitier de la forêt classée de Dindéresso : cas de Maranthes polyandra (Benth.) Prance et Parinari curaratellifolia Planch. ex Benth. (Chrysobalanaceae).

Auteur : Bazongo, Bessibie

Etablissement de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso

Grade : Ingénieur du Développement Rural - Option : Eaux et Forêts 2017

Résumé
Au Burkina Faso, la contribution des produits forestiers non ligneux dans l’économie nationale et dans celle des ménages est importante, cependant l’évaluation de la disponibilité de ces produits demeure encore faible. L’objectif de l’étude est de déterminer le potentiel fruitier de Maranthes polyandra et de Parinari curatellifolia dans la forêt classée de Dinderesso (FCD). Pour ce faire, un inventaire forestier, à l’aide d’une carte d’occupation du sol, a d’abord permis de connaître la fréquence et l’abondance de ces espèces fruitières dans la réserve. Ensuite, une enquête ethnobotanique a permis de recenser l’ensemble des espèces fruitières connues et ou exploitées par les populations riveraines. Enfin, la production moyenne en fruits des deux espèces telles Maranthes polyandra (Benth.) Prance et Parinari curatellifolia Planch. ex Benth. a été évaluée. Pour ces deux espèces, outre l’évaluation de la production moyenne des fruits par individu, des corrélations entre la production fruitière et le DHP ainsi que le diamètre du houppier ont été établies. La densité et le nombre total des individus dans la forêt sont également déterminés. Les connaissances locales sur ces deux espèces ont été aussi recensées. Les résultats ont montré que sur 16 espèces fruitières comestibles inventoriées, 11 sont utilisées par les populations avec des fréquences de citation élevées pour Saba senegalensis (54%), Detarium microcarpum (65%), Parkia biglobosa (86%) et Vitellaria paradoxa (95%). Par contre, des espèces telles que Acacia macrostachya, Annona senegalensis, Diospyros mespiliformis, Hexalobus monopetalus, Strychnos spinosa, Balanites aegyptiaca et Ximenia americana sont présentes dans la forêt avec des fréquences plus ou moins importantes mais n’ont pas été citées par les populations lors des enquêtes. Les densités de M. polyandra sont 114 ± 21, 196 ± 30, 276 ± 65, 75 ± 12 individus.ha-1 et celles de P. curatellifolia sont 139 ± 23, 211 ± 54, 393 ± 71, 44 ± 09 individus.ha-1 respectivement dans les savanes boisée, arborée, arbustive et herbeuse. La quantité de fruits produits a été de 0,206 ± 00 kg et 0,91 ± 0,078 kg de fruits secs respectivement par individu de M. polyandra et par individu de P. curatellifolia. En outre, la hauteur moyenne des individus fruitiers de M. polyandra et de P. curatellifolia a été respectivement de 3,08 ± 07 m et de 3,29 ± 09 m. Le potentiel fruitier de la FCD est considérable et peut faire l’objet d’une exploitation commerciale au bénéfice des populations riveraines. Les équations de régression établies constituent des outils adéquats pour l’évaluation de la productivité des individus autant de P. curatellifolia que de M. polyandra.

Mots clés : Production fruitière, Maranhes polyandra, Parinari curatellifolia, inventaire forestier, forêt classée, Dinderesso.

Version intégrale

Page publiée le 9 mars 2020