Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2011 → Diagnostic des pratiques d’embouche bovine et ovine dans l’Ouest du Burkina Faso

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (2011)

Diagnostic des pratiques d’embouche bovine et ovine dans l’Ouest du Burkina Faso

Drabo, Aminata

Titre : Diagnostic des pratiques d’embouche bovine et ovine dans l’Ouest du Burkina Faso

Auteur : Drabo, Aminata

Etablissement de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso

Grade : Ingénieur de Conception en Vulgarisation Agricole 2011

Résumé
La présente étude conduite dans l’Ouest du Burkina Faso a pour objectif général de faire l’état des pratiques d’embouche bovine et ovine dans la zone, afin de proposer des techniques appropriées. La méthodologie a consisté, d’une part, en une étude bibliographique pour capitaliser les expériences et études disponibles en la matière et d’autre part, à la réalisation d’une enquête dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades et des Hauts Bassins. Elle a touché au total 96 individus dont 72 emboucheurs, 13 fournisseurs d’intrants et Il partenaires techniques et financiers. Les enquêtes au niveau des producteurs ont porté sur les caractéristiques des éleveurs et leurs exploitations, la conduite de l’activité d’embouche ainsi que quelques aspects économiques de l’activité. Les opérations d’embouche rencontrées dans la zone d’étude sont classées en trois types pour les bovins (semi intensif, intensif2 et intensif1) et deux types pour les ovins (serni intensif et intensif). Les modes de conduite du troupeau sont la stabulation permanente en type intensif, le pâturage et la stabulation en embouche semi intensive. Les aliments grossiers sont plus distribués en embouche semi intensive et les concentrés en type intensif. Les nombres de rotation par an et d’animaux embouchés par rotation sont plus élevés en embouche intensive. En effet, le nombre de bovins embouchés par rotation est de 07 ; 17 et 50 têtes respectivement en types semi intensif, intensif2 et intensif 1. En embouche ovine, il est de 09 têtes en type semi intensifcontre 20 en intensif. L’embouche bovine et ovine est une activité rentable pour l’ensemble des emboucheurs enquêtés. Cette rentabilité est plus élevée en type intensif. En effet, en embouche bovine, la marge bénéficiaire moyenne par tête est de 184 930 FCFA en type intensif 1 contre 158 969 et 54 497 FCFA respectivement en intensif2 et semi intensif. En embouche ovine, elle est de 23 920 FCFA en type intensif contre Il 493 FCFA en semi intensif. Cependant, l’activité d’embouche connaît des insuffisances et des contraintes d’ordre alimentaire, commercial, sanitaire, technique, etc. Des propositions, essentiellement portées sur la mise en place des infrastructures, la conduite et la gestion de l’opération d’embouche ont été faites. Des recommandations ont été formulées aux niveaux, institutionnel et politique et à l’endroit des producteurs.

Mots clés : embouche bovine etovine, semi intensif, intensif, marge bénéficiaire

Version intégrale

Page publiée le 10 avril 2020