Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Niger → Le petit mil noir et l’oignon blanc, deux semences paysannes qui font leur retour au Niger - Des semences du passé adaptées au présent et à l’avenir

2019

Le petit mil noir et l’oignon blanc, deux semences paysannes qui font leur retour au Niger - Des semences du passé adaptées au présent et à l’avenir

Niger

Titre : Le petit mil noir et l’oignon blanc, deux semences paysannes qui font leur retour au Niger - Des semences du passé adaptées au présent et à l’avenir

Pays : Niger
Localisation : Soucoucoutane et Loga Région de Dosso, au Niger.

Date/ Durée : Etude de cas 2019

Résumé
Au Niger, le changement climatique et les facteurs économiques pèsent sur les conditions de vie des producteurs agricoles. Faussés par la promesse de meilleurs rendements, bon nombre de producteurs nigériens ont abandonné leurs pratiques agricoles et les variétés paysannes pour adopter des nouvelles pratiques parfois inappropriées. Ce cas traite du mil noir et de l’oignon blanc, deux variétés paysannes que tentent de préserver des organisations paysannes avec l’appui de certains acteurs. Et ce dans un contexte où les politiques sont plus favorables à un système semencier certifié. Il fait état de l’engagement des petits producteurs à restaurer les variétés paysannes pour résoudre les problèmes socio-anthropologiques et de productivité agricole.

Contexte
Soucoucoutane et Loga sont deux communes situées dans la région de Dosso, au Niger. Elles sont très similaires tant au niveau des contraintes qu’au niveau social. De par leurs positions géographiques, le relief accidenté et l’état délabré des routes, ces communes font partie des zones à risque climatique. La pauvreté y est quasi permanente. Dans ces communes, les risques climatiques découragent fortement les actions des organisations de développement. Souvent, les solutions proposées par les acteurs en matière de production agricole (semences améliorées, usage des engrais chimiques, etc.) ne sont pas adaptées pour répondre aux contraintes auxquelles font face les producteurs

Descriptif
Ainsi, pour résoudre le problème d’accès aux semences, les organisations de producteurs actives à Soucoucoutane et Loga ont sollicité l’appui du programme SWISSAID. Le programme soutient des initiatives paysannes de reconstitution de semences paysannes fortement appréciées mais menacées d’érosion génétique et/ou de disparition. Ces semences paysannes tirent leurs origines des échanges socioéconomiques et culturels vieux de plus de 100 ans. De manière spécifique, il s’agit de : * collecter, multiplier et replacer les variétés paysannes dans leurs zones d’origine ; * mettre en place un dispositif local d’accès aux semences paysannes (mil noir et oignon blanc).

Résultats
Les organisations de producteurs ont réussi à préserver deux variétés paysannes menacées de disparation à cause de la promotion des variétés dites améliorées par divers promoteurs. Le nombre de producteurs engagés à préserver ces variétés s’est accru - pour l’oignon blanc, on est passé de moins de 20 producteurs à plus de 600, et pour le mil noir, de moins de 10 producteurs à un réseau de 70 producteurs. A noter aussi que ces initiatives ont augmenté l’indépendance des producteurs en matières d’accès (à temps et de qualité) aux semences et de revalorisation du savoir et des connaissances locales (aspects culturels, socio-anthropiques et diverses connaissances en lien avec les variétés paysannes). L’historique de ces variétés paysannes a été retracé et transmis aux jeunes générations, ainsi que certaines vertus médicinales. Enfi n, ces deux variétés paysannes suscitent l’intérêt de certains chercheurs locaux et des autorités politiques du Niger, qui ont reconnu leurs caractéristiques distinctives lors de diverses foires et expositions de produits agricoles. Lors de la foire régionale de Dosso, organisée en 2019 par le réseau multi-acteurs pour la promotion de l’agroécologie au Niger (RAYA- KARKARA), l’oignon blanc de Soucoucoutane a même été primé en tant que meilleur écotype d’oignon.

Swissaid

Page publiée le 14 août 2020