Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2018 → FUTURE-PRED Influence des conditions environnementales sur le comportement alimentaire des grands carnivores - rôle du mode de chasse et implications pour les populations de carnivores

Agence Nationale de la Recherche (France) 2018

FUTURE-PRED Influence des conditions environnementales sur le comportement alimentaire des grands carnivores - rôle du mode de chasse et implications pour les populations de carnivores

Alimentation Carnivore Aride

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre : FUTURE-PRED Influence des conditions environnementales sur le comportement alimentaire des grands carnivores - rôle du mode de chasse et implications pour les populations de carnivores

Région : Ecosystèmes arides et semi-arides

Référence projet : ANR-18-CE02-0005

Début et durée du projet scientifique : Décembre 2018 - 48 Mois

Programme ANR : Milieux et biodiversité : Terre vivante

Contexte  : Les humains exercent une influence croissante sur les conditions météorologiques et les précipitations. Ceci est particulièrement important dans les écosystèmes arides et semi-arides, tels que les savanes d’Afrique australe, qui ont connu une baisse significative des précipitations, une augmentation de la sévérité des sécheresses et une prolongation de la saison sèche, et pour lesquels les précipitations devraient continuer à diminuer. Cette aridité croissante devrait modifier le fonctionnement des écosystèmes naturels. Dans ce contexte, une question clé est de savoir comment les interactions interspécifiques vont évoluer avec les changements des conditions environnementales

Projet
L’objectif du projet FUTURE-PRED est de fournir l’une des premières études empiriques permettant de mesurer l’impact des conditions environnementales sur les interactions prédateurs-proies chez les grands mammifères. Alors que les prédateurs cursoriaux chassent leurs proies sur de grands distances et ont donc plus de chance d’attraper des proies en mauvaise condition corporelle, les prédateurs à l’affût dépendent des possibilités d’embuscade pour attraper leur proie par surprise. Les écosystèmes arides et semi-arides sont caractérisés par deux saisons contrastées (humide et sèche). À mesure que la saison sèche progresse, les plantes ligneuses ont moins de feuilles, l’herbe est moins haute et moins abondante, et la qualité de la végétation décroît, ce qui est susceptible d’affecter les interactions prédateurs-proies car (i) la condition corporelle des grands herbivores devient moins bonne et ceux-ci sont donc susceptibles d’être plus faciles à attraper ; (ii) la végétation offre moins d’opportunités d’approcher les proies sans être détecté. Nous évaluerons d’abord comment les conditions environnementales (saisons sèches et humides, changements au cours de la saison sèche et comparaison de 2 zones) affectent le succès de chasse des deux carnivores africains les plus communs qui sont caractérisés par des modes de chasse contrastés (le lion d’Afrique - prédateur à l’affût - et la hyène tachetée - prédateur cursorial -). Nous équiperons 15 individus de chaque espèce pendant 3 ans avec des colliers GPS avec transmission par satellite des données GPS et des accéléro-magnétomètres triaxiaux intégrés pour tester l’hypothèse qu’à mesure que la saison sèche progresse, le succès de chasse des prédateurs cursoriaux augmente alors que celui des prédateurs à l’affût diminue. Grâce à l’étude sur le terrain des sites d’alimentation, nous évaluerons le type de proies mangées (espèce, classe d’âge, herbivore sauvage ou bétail, état corporel), les caractéristiques de la végétation environnante et la contribution du charognage aux tactiques alimentaires. Enfin, nous étudierons les conséquences d’une aridité croissante et les changements associés des succès de chasse des carnivores sur la dynamique des populations de carnivores en (i) évaluant si le succès de la chasse des carnivores améliore leur reproduction, (ii) étudiant le rôle des conditions environnementales sur la survie et la dynamique de la population de lions à travers l’analyse de données individuelles à long terme (840 individus dans 45 groupes depuis 1999), et (iii) modélisant, à partir de nos résultats, la dynamique des populations de carnivores selon différents scénarios de changement climatique. À notre connaissance, une telle approche mécaniste pour faire le lien entre le comportement individuel et la dynamique des populations n’a jamais été réalisée pour une espèce de grand carnivore. FUTURE-PRED sera dirigé et coordonné par Marion Valeix, et réalisé dans la Zone Atelier CNRS (LTSER) de Hwange, au Zimbabwe. En combinant de nouvelles données originales avec un suivi individuel à long terme de grands mammifères carnivores, le projet FUTURE-PRED a pour ambition de fournir une étude intégrative de l’effet des conditions environnementales sur les interactions prédateurs-proies chez les grands mammifères.

Coordinateur : Marion VALEIX (BIOMÉTRIE ET BIOLOGIE EVOLUTIVE)

Financement Aide de l’ANR : 343 094 euros

Présentation (ANR)

Page publiée le 9 janvier 2021