Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2018 → Solar water project for Sudanese refugees in Chad

2018

Solar water project for Sudanese refugees in Chad

Tchad

Titre : Solar water project for Sudanese refugees in Chad

Pays : Tchad

Date/Durée : 16/05/2018 — 21/01/2020

Objectif (s)
Fournir un accès durable à l’eau potable fournie aux réfugiés soudanais vivant dans les camps de Touloum et de Farchana à l’est du Tchad, tout en renforçant leurs capacités en gestion de l’eau et la maintenance des infrastructures. Améliorer les conditions de vie des réfugiés soudanais vivant dans les camps de Touloum et de Farchana, et d’enseigner de nouvelles compétences aux personnes impliquées dans le projet - Approvisionnement et transport de panneaux solaires et pompes ; - Installation d’équipement solaire ; - Construction de forages ; - Formations ; - Réparation de réservoirs de stockage d’eau ; - Réparation de conduites d’eau ; - Réparation des forages existants

Description
General Le projet de l’UNHCR vise à lancer un programme pilote de remplacement des systèmes de pompage d’eau par générateur par des installations à énergie solaire dans les camps de Touloum et Farchana, tout en impliquant les réfugiés dans le fonctionnement et l’entretien des services d’eau dans les camps. Actuellement, l’eau est fournie par extraction des eaux souterraines, l’eau est donc pompée à partir de trous de forage vers des réservoirs de stockage surélevés et est ensuite introduite dans les réseaux de distribution en utilisant la gravité. En raison de l’environnement semi-aride de l’est du Tchad, de la faible nappe phréatique et des grandes quantités d’eau potable nécessaires, le pompage de l’eau nécessite une forte consommation d’énergie. Les générateurs à essence sont la principale source d’énergie et, en fonction des conditions de forage, une litière de carburant diesel est nécessaire pour pomper en moyenne 3 à 4 mètre cube d’eau potable dans les réservoirs. Dans neuf des camps où l’eau est extraite au moyen de générateurs fonctionnant au diesel, notamment les camps de Touloum et de Farchana, les frais de carburant s’élèvent en moyenne à 1 100 dollars EU par jour (401 500 dollars EU par an). Dans un premier temps, le projet installera partiellement les équipements solaires là où c’est le plus nécessaire. Les générateurs seront remplacés progressivement jusqu’à ce que la zone initialement ciblée soit couverte. Ensuite, le UNHCR étudiera les points d’eau restants afin de déterminer le système hybride approprié. En fonction des conditions climatiques propres à chaque point d’eau, l’énergie éolienne ou solaire sera utilisée en complément d’un générateur. Des évaluations seront ensuite menées pour vérifier que la méthode utilisée (solaire complet, solaire / générateur, etc.) est bien la plus appropriée pour chaque point. Parallèlement, le projet renforcera la capacité des réfugiés à utiliser et entretenir les installations à énergie solaire afin de déléguer la mise en œuvre de certains services fournis directement par le UNHCR et ses partenaires. À cette fin, des formations seront dispensées dans les deux camps. Les réfugiés participeront à chaque étape de la mise en œuvre du projet. L’intervention proposée permettra donc une meilleure distribution d’eau dans les camps de réfugiés ciblés. Le nouveau système de pompage d’eau permettra une gestion rationnelle de l’eau par les réfugiés et améliorera l’accès à l’eau potable dans une région où l’eau constitue un défi social et économique majeur. Le passage à l’énergie solaire permettra également de réduire les émissions dans l’environnement, contribuant à la lutte contre le changement climatique.

Actors : UN Office of the High Commissioner for Refugees UNHCR_HCR - UNHCR – PRT

Financement : €1,000,000.00

Présentation : Open Aid Be

Page publiée le 5 octobre 2020