Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2018 → Amélioration de l’accès aux services de base de qualité et aux besoins essentiels des populations vulnérables de la Région de Diffa, République du Niger

2018

Amélioration de l’accès aux services de base de qualité et aux besoins essentiels des populations vulnérables de la Région de Diffa, République du Niger

Niger

Titre : Amélioration de l’accès aux services de base de qualité et aux besoins essentiels des populations vulnérables de la Région de Diffa, République du Niger

Pays : Niger

Date/Durée : 20/12/2018 — 01/12/2018

Objectif (s)
Amélioration des conditions de vie des populations vulnérables de la Région de Diffa, République du Niger Améliorer l’accès aux services de base de qualité et aux besoins essentiels des populations vulnérables de la Région de Diffa, République du Niger Résultat 1 : La sécurité alimentaire est renforcée grâce à une aide alimentaire combinée aux AGR dans les zones stables Résultat 2 : Les populations vulnérables ont accès à une eau potable de qualité, qui est capitalisée par une maîtrise accrue des CAP en EAH Résultat 3 : Les capacités des populations à améliorer leur protection sont renforcées

Description
La région de Diffa est maintenant depuis 4 ans sous haute tension suite à l’insurrection de la secte Boko Haram, qui a débuté au Nigeria. Confinée au départ (2009) dans 4 états du Nord du Nigéria (Bauchi, Borno, Yobe et Kano), cette crise s’est ensuite étendue sur les 3 autres pays frontaliers du Lac Tchad, tout d’abord par l’afflux de réfugiés, et ensuite par des incidents sécuritaires (attaques, prises d’otages, Attentats kamikazes) ciblant tour à tour les forces de défense et de sécurité (FDS) et les civils. Au Niger, l’afflux massif de réfugiés Nigérians et de déplacés Nigériens a démarré au premier semestre de 2014 et en est maintenant au bilan suivant (données UNHCR) : 115.218 réfugiés Nigérians, 129.015 déplacés internes Nigériens, 14.820 ressortissants Nigériens retournés du Nigéria. Les incidents sécuritaires liés à Boko Haram au Niger ont démarré en 2015 (6 février 2015 avec l’attaque simultanée des villes de Bosso et Diffa) et continue toujours actuellement. L’accès aux aliments par les populations vulnérables de la Région est fortement préoccupant, d’une part à cause de l’impossibilité d’exercer ses moyens d’existence traditionnels / usuels (pêche, agriculture sur les berges du Lac Tchad et de la rivière Komadougou & taxi-moto), etd’autre part en conséquence du niveau réduit des aides alimentaires. Cela les soumet à une insécurité alimentaire aiguë de crise (phase 3 de l’IPC) qui pourrait persister dans la Région jusqu’en janvier 2019 (données FEWS-net). En plus de l’aide alimentaire, les principaux besoins suivants ont été mis en avant par différentes évaluations réalisées sur place par des acteurs humanitaires : - Accès aux services et infrastructures de base : eau potable, hygiène et assainissement notamment. - Mise en place d’AGR pour augmenter la résilience des populations dans les zones stables - Améliorer la protection

Actors : NGO Caritas Belgique Secours international

Financement : €1,286,541.00

Présentation : Open Aid Be

Page publiée le 9 août 2020